Accès a des services énergétiques modernes et durables au Mali

Le projet ‘Accès à des services énergétiques modernes et durables’, au Mali a permis de distribuer 4000 fourneaux améliorés et 5000 lampes à énergie solaire en coopération avec des groupes de femmes locaux dans 60 villages. Ces groupes de femmes sont structurés en 4 organisations qui gèrent leurs propres fonds. Actuellement, les associations disposent de plus de fonds de roulement que la somme initiale avec laquelle elles ont commencé. Èquipées avec plus de fonds, les associations sont capables de commander en permanence de nouveaux équipements en fonction de la demande des femmes des villages locaux.

Les zones rurales maliennes doivent souvent faire face à des solutions énergétiques très inefficaces, telles qu’un pot posé sur trois pierres pour la cuisson ainsi que des batteries de torches de mauvaise qualité ou encore des lampes à pétrole pour l’éclairage. Bien que ces régions aient un grand potentiel pour introduire des solutions plus efficaces, pouvant bénéficier aux femmes en termes de temps et de ressources, le manque de ressources économiques et de systèmes de distribution efficaces demeurent un obstacle important.

Le projet a identifié des villages qui comptant déjà quelques groupes de femmes,  organisés en associations, et dont les membres avaient reçu une formation en alphabétisation, comptage et gestion. Les associations ont été fournies avec un capital de départ et ont depuis été chargées de commander et de distribuer des fourneaux améliorés et des lampes à énergie solaire auprès des fournisseurs, et ce très efficacement, étant donné que le fond de roulement actuel est bien supérieur au montant initial.

‘Les lampes apportent la liberté, tu peux faire beaucoup de choses avec eux et les enfants ont la lumière pour étudier’, explique un membre de l’association Kotongontala du Ciercle Bougouni.

 

Les divers groupes villageois distribuent le matériel et recueuillent une cotisation de leurs membres, ce qui comprend le coût de matériaux ainsi qu’un taux d’intérêt pour les associations. AMADER, l’agence du gouvernement malien, a été impliquée dans le projet afin de s’assurer dans un premier temps, que les fourneaux respectent les normes nationales, puis par la suite, pour renforcer la réplication de l’approche dans d’autres zones rurales pauvres du Mali.